Une première pierre pour recycler des cacahuètes?

Share

Samedi 6 octobre 2018.

Alors que le bâtiment en est déjà au 3° étage, la ville invitait hier à une pose de première pierre. Mais pourquoi donc?

En effet, hier vendredi midi, la Grappinière a vu passer du beau monde. Madame le maire, monsieur le président du grand Lyon, le directeur du promoteur immobilier Spirit s'étaient donnés rendez-vous pour une belle opération de comm.

Au menu des festivités pour les quelques privilégiés invités (quelques personnes du quartier mais surtout de nombreuses huiles locales et pique assiette bien connus) la pose de la Première Pierre du batiment Esprit Vert situé à l'entrée de la Grappinière, le batiment que voici:

Et ce qui étonne tout le monde c'est donc le pourquoi d'une pose de Première Pierre (attention il y a bien des majuscules) sur un batiment bientôt fini. Voilà une bonne question.

Il est d'usage de poser une première pierre juste après les fondations au moment de couler les premiers bétons. Mais là on est presque à la dernière pierre, ou au premier panneau solaire.

Quelques réponses possibles:

* monsieur le président de la métropole avait besoin de prendre l'air et de s'éloigner du centre de Lyon momentanément alors que le grand chef Collomb revient,

* notre maire avait besoin d'inaugurer et de faire quelques photos sur papier glacé pour ses brochures bilan,

* le service comm de la ville de vaulx en velin n'avait rien à se mettre sous la dent pour le prochain vaulx mag,

* faire rire tout le monde,

* couper un ruban s'est toujours faire quelque chose et faire croire que l'on travaille,

* un énorme stock de cacahuètes avait été acheté pour l'inauguration de l'école Beauverie mais à cause d'un méchant inspecteur du travail l'inauguration a due être annulée et le stock risquait de passer à la poubelle. Alors cette fausse Première Pierre a été organisé pour recycler les cacahuètes presque périmées.

Il est à parier que c'est peut être un mélange de tout. Et qu'avant tout il faut communiquer pour faire croire que l'on travaille, que l'on avance. Ainsi on peut saturer les réseaux sociaux de belles images d'élus heureux d'être heureux, bien nourris et bien payés. Pendant ce temps on regarde les dealers dealer, et les poubelles bruler.