Réforme des rythmes scolaires synonyme de mécontentement.

Share

 

Vendredi 29 décembre 2017

Décidément, la réforme des rythmes scolaires n’en finit pas de faire des vagues. Il semblerait même vu la réaction d’un certain nombre de parents d’élèves que ce soit même un avis de tempête qui se prépare avec manifestation possible.  Les réunions publiques n’ont pas été très sereines provoquant parfois quelques signes visibles d’énervement de madame la maire pas très satisfaite de la réaction des parents d’élèves.

Une partie d’entre eux  a d’ailleurs adressé une lettre ouverte à notre édile pour exprimer leur mécontentement sur la manière donc ont été élaborées les deux propositions et en conséquence du peu d’alternative qui leur est laissée.

 

LETTRE OUVERTE à Madame la Maire

 

Vaulx-en-Velin, le 19 décembre 2017,

 

Madame la Maire, Hélène Geoffroy

 

Vous nous avez conviés à des conseils consultatifs puis à des réunions publiques pour présenter les deux propositions pour les rythmes scolaires qui seront appliqués à la rentrée de septembre 2018, à savoir :

 

  •          Scénario 1 : une semaine de 4 jours avec une garderie payante (coût moyen de 1,68 € par jour et par enfant) de 16h30 à 18h sans activités
  •          Scénario 2 : une semaine de 4 jours et demi avec du périscolaire au même tarif qu’aujourd’hui (2€ par an et par famille) décliné en 2 variantes différentes en fonction des écoles :

 

  1. o   Maternelle : activités de 15h45 à 16h30 suivi d’une garderie jusqu’à 18h00 tous les soirs)
  2. o   Elémentaire : activités de 15h00 à 16h30 2 jours dans la semaine suivi d’une garderie jusqu’à 18h00 tous les soirs).

 

Les parents d’élèves élus des écoles Langevin, GrandClement, Vilar, Mistral, Croizat, Lorca, Beauverie, Gagarine, Courcelles, King et Chat Perché se sont réuni le mardi 19 décembre pour échanger sur vos propositions.

 

Il en résulte qu’il n’y a pas de réels choix proposés aux familles compte tenu de l’importante différence financière de l’un des deux scenarii. Aujourd'hui, le ressenti des parents est qu'ils estiment être "pris en otage", à savoir choisir entre le bien être des enfants ou l'aspect financier. Le choix restant n’est pas humainement soutenable d’un point de vue organisationnel.

 

Par ailleurs, nous regrettons le manque de concertation des parents et des enseignants dans l’élaboration des scenarii proposés, ce qui nous avait pourtant été annoncé lors des conseils consultatifs.

 

Enfin, le court délai n’est pas propice à trouver des alternatives acceptables pour les familles et favorables pour le bien être de nos enfants.

 

C’est pour ces raisons que nous vous demandons d’ajourner le vote prévu initialement le 24 janvier prochain et de rencontrer une délégation de parents élus. Nous vous demandons également d’associer le corps enseignant à ce rendez-vous.

 

Nous espérons avoir une réponse favorable et rapide de votre part.

 

Dans l’attente de vos propositions de dates, nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année.

 Les parents d’élèves

 

En ce qui nous concerne, puisque parfois il faut être capable de donner une opinion nous sommes favorables au rythme de 4,5 jours d’école par semaine et à la place de la municipalité nous aurions maintenu cette solution qui ne pouvait que s’améliorer au fil du temps. Mais lorsque l’on souhaite laisser le choix aux parents il est clairement dommageable et quelque peu irrespectueux de donner un semblant de liberté de décision tout en orientant pour que la décision finale soit celle préconisée par la municipalité, puisque autant par les attitudes des élus lors des réunions publiques que part les scénarii tout tend pour que le choix se limite finalement sous la contrainte de l’ aspect financier à une semaine de 4,5 jours.

Il n’y a qu’à regarder les scénarii décrits dans la lettre ouverte des parents d’élèves pour imaginer le résultat du vote prévu le 25 janvier.  

Est-ce une maladresse de la part de la municipalité ou bien une stratégie de communication pour l’instant ratée. C’est un peu la stratégie adoptée par la ville de Clermont Ferrant qui maintient la semaine de 4,5 jours après avoir organisé une grande consultation auprès des parents d’élèves élus, des syndicats d’enseignants, des directeurs d’école dont il est ressorti une satisfaction globale de la situation actuelle et de l’ intérêt pédagogique des cinq matinées de classe favorables aux apprentissages scolaires. Cependant, d’après les échos que nous avons eus, cela n’a pas été aussi favorablement accueilli que ne le laisse supposer le discours.

Quel est donc l’intérêt de nager à contre-courant lorsque plus de 80% des communes envisagent le retour à la semaine de quatre jours ?

Le péri scolaire dans une ville comme la notre offre la possibilité d’emploi, notamment parmi les jeunes, pour autant le péri scolaire ne doit pas s’apparenter à de la garderie comme l’a insinué Sacha Forca, élu d’opposition lors du dernier conseil municipal.

Maintenir la semaine de quatre jours et demi, c’est également valider une décision d’un gouvernent dont notre maire a été membre et par la même se mettre sous le feu des projecteurs en ne reniant pas la loi Peillon.

Une chose est certaine, d’ici la rentrée 2018, nous n’avons pas fini d’entendre parler des rythmes scolaires.